Une artiste 100% Dada, Hannah Höch

Hannah Höch

Le mouvement Dada est l’un des premiers à revendiquer, parfois de manière hypocrite, une égalité complète entre l’artiste femme et l’artiste homme. Hannah Höch, artiste Dada présente de la fondation du mouvement jusqu’à sa mort, en est un exemple éloquent.

Höch étudie à Berlin, en arts appliqués, jusqu’à l’avènement de la Première Guerre mondiale, où elle abandonne l’école pour se joindre à la Croix Rouge. De retour sur les bancs d’école en 1915, elle fait la rencontre de Raoul Hausmann, qui l’introduira au cercle dadaïste en 1919. Elle entretient une relation amoureuse avec Hausmann jusqu’en 1922 — durant cette période, ils développent ensemble plusieurs techniques de photomontage.

Alors que les dadaïstes se targuent de donner une chance égale aux femmes, Hannah Höch doit se battre toute sa carrière pour être plus que la « fournisseuse de sandwichs, de bière et de café », telle que la décrit Hans Richter. Cette forme d’hypocrisie est reprise par Höch dans une grande partie de son œuvre, notamment dans certains de ses photomontages, tels Da-Dandy (1919), où elle dépeint certains de ses collègues, de manière métaphorique. S’inspirant de Picasso et de son contemporain Kurt Schwitters, par le collage, Hannah Höch cherche à créer un art lyrique, suggestif plutôt que direct et pragmatique.

Alors que les dadaïstes se targuent de donner une chance égale aux femmes, Hannah Höch doit se battre toute sa carrière pour être plus que la « fournisseuse de sandwichs, de bière et de café », telle que la décrit Hans Richter.

Son androgynéité fait sa marque : dans ses œuvres, elle représente souvent des personnages aux traits à la fois masculins et féminins, et elle-même n’est pas une figure typiquement féminine comme on est habitué d’en voir à l’époque. La critique de la culture de masse fait également partie des sujets que l’œuvre photographique de Hannah Höch aborde abondamment.

Son œuvre la plus célèbre reste Cut with the Kitchen Knife through the Beer-Belly of the Weimar Republic (1919), un photomontage remontant diverses images tirées de journaux de l’époque, qui questionne la vision de l’art et de la vie du mouvement Dada. Dans ce collage s’opposent les forces gouvernementales allemandes, alors très austères, aux artistes Dada, liés à des penseurs communistes, de manière ambiguë. Une minuscule carte de l’Europe montre les pays où les femmes de l’époque peuvent voter, rappelant le militantisme féministe de l’artiste.

Livre sur le dada

Hannah Höch

Hannah Höch

Action poétique, N° 193 avec Hannah Höch