L’œuvre controversée de Marcel Duchamp, Fontaine

Fontaine

Aujourd’hui considérée comme une icône de l’art contemporain, Fontaine de Marcel Duchamp est pourtant une des œuvres d’art les plus controversées de l’histoire.

Lorsque son créateur, sous le pseudonyme de Richard Mutt, tente de la faire exposer en 1917, les réactions que le ready-made suscite sont multiples, et ouvrent de nombreux questionnements sur la nature de l’œuvre d’art ainsi que le rôle et le travail de l’artiste.

En 1916, Marcel Duchamp, fraîchement débarqué aux États-Unis, participe à la fondation de la Société des Artistes indépendants de New-York (SIA, en anglais), en compagnie d’autres artistes Dada américains, dont Man Ray. La première exposition annuelle de la galerie se tient en 1917. Les balises quant à la sélection des œuvres sont très larges : tout artiste désirant participer à une exposition de la SIA n’a qu’à en devenir membre en remplissant un formulaire, suite à quoi les œuvres sont affichées par ordre alphabétique. Basée sur la Société des Artistes indépendants de Paris, la SIA new-yorkaise agit sans jury et sans prix, pour le plaisir et la démocratisation de l’art.

Duchamp choisit, à l’occasion de cette exposition, de sélectionner Fontaine, l’un de ses premiers ready-mades, sous le faux nom de Richard Mutt. L’œuvre se compose d’un urinoir en porcelaine blanche, renversé à l’envers, signé par l’artiste au crayon feutre, de l’inscription « R. Mutt ». Contre toute attente, la SIA choisit de ne pas exposer l’œuvre de Mutt, par souci de ne pas froisser les bonnes mœurs, premièrement, mais aussi parce qu’on juge que la pièce est mauvaise blague et qu’elle n’a nullement pas sa place dans une exposition d’art. Sans dévoiler la réelle identité de Richard Mutt, Duchamp démissionne sur-le-champ, suivi de Walter Arensberg, un second membre du conseil d’administration, et proche ami de l’artiste.

Contre toute attente, la SIA choisit de ne pas exposer l’œuvre de Mutt, par souci de ne pas froisser les bonnes mœurs.

L’affaire créé immédiatement une polémique dans le milieu artistique new-yorkais : dans la revue The Blind Man, fondée par Duchamp, Beatrice Wood explique que Fontaine, par nature, est une œuvre d’art, puisque l’artiste l’a sélectionnée et l’a élevée à un tel rang. Plus tard, Duchamp confie que l’une de ses intentions avec Fontaine était de déplacer l’attention du spectateur vers l’interprétation, plutôt que vers l’appréciation du talent de l’artiste.

De nombreuses interprétations de Fontaine ont été données depuis le scandale causé à l’exposition de la SIA. Quoiqu’il en soit, Duchamp a opéré par cette pièce, l’un de ses premiers ready-mades, une remise en question importante du rôle de l’artiste dans la création d’une œuvre d’art. En sortant de son contexte un objet simple, manufacturé à des milliers d’exemplaires, il a pris le pari que les spectateurs sauraient y voir quelque chose de plus grand — c’est là un pari qui donnera naissance à maints mouvements d’art contemporain, tels le conceptualisme, le Nouveau Réalisme, l’Assemblage, qui s’inspirent tous du dadaïsme dans leur délaissement de l’esthétique au profit d’une essence plus forte et mieux transmissible.