Marcel Duchamp et le ready-made

Ready-made

Durant la décennie 1910-1920, Marcel Duchamp, plasticien œuvrant alors à New-York, commence à exposer des objets de manufacture en tant qu’œuvres d’art. C’est la naissance du ready-made, qui aura une influence énorme sur l’art contemporain au 20e siècle.

Selon André Breton, le ready-made, qui peut se traduire par préfabriqué, est un « objet usuel promu à la dignité d’objet d’art par le simple choix de l’artiste » (Dictionnaire abrégé du surréalisme, entrée : Ready Made). Roue de bicyclette (1913) est le premier ready-made de Duchamp, que l’on qualifie souvent « d’aidé », car l’artiste y fixe la dite roue de bicyclette sur un tabouret.

Ready-made : objet usuel promu à la dignité d’objet d’art par le simple choix de l’artiste.

Fontaine (1917) est le premier ready-made qui reçoit une couverture médiatique importante, et est encore considéré aujourd’hui comme l’une des œuvres les plus controversées du 20e siècle. Proposée par Duchamp, sous le pseudonyme de Richard Mutt, dans le cadre d’une exposition de la Société des artistes indépendants de New-York (SAI), la sculpture, composée d’un urinoir renversé où l’artiste a signé « R. Mutt », est refusée. Le comité la juge vulgaire et va même jusqu’à évoquer le plagiat, accusant l’artiste, le mystérieux Richard Mutt, d’avoir volé un objet élaboré par un plombier. Ce refus, en plus de causer des remous à la SAI, ouvre tout un débat sur la nature de l’œuvre d’art : sortir un objet usuel de sa fonction habituelle est-il une démarche sincère, et cela créé-t-il une nouvelle réflexion sur l’objet, l’élevant au rang d’œuvre d’art ?

Fontaine, d’une certaine manière, donne naissance à l’art conceptuel, qui valorise, au-delà de la technique, l’intelligence cachée dans l’essence d’une œuvre. Elle permet aussi à Duchamp de fixer les quatre critères qui font d’un ready-made une œuvre d’art : un objet usuel, qui sorti de son contexte n’a plus aucune signification, un créateur, qui décide d’en faire une œuvre d’art, un observateur, qui accorde une signification artistique à l’œuvre créée, et une institution, qui a une réaction — négative ou positive — à l’œuvre d’art.